Les infortunes de la vertu du Marquis de Sade

Publié le par louve

http://lireetvoir.l.i.pic.centerblog.net/2nlolu7n.jpg

 

Quatrième de couverture :

Irrités de ce premier crime, les monstres ne s'en tinrent pas là; ils l'étendirent ensuite nue à plat ventre sur une grande table, ils allumèrent des cierges, ils placèrent l'image de notre sauveur à sa tête et osèrent consommer sur les reins de cette malheureuse le plus redoutable de nos mystères. Je m'évanouis à ce spectacle horrible, il me fut impossible de le soutenir.

 

Mon avis : 

J'avais beaucoup entendu parler de ce livre, mais jamais je n'aurai pu imaginer, à quel point je me sentirais plongé dans celui-ci. Les personnages peuvent sembler caricaturaux mais il n'en ai rien, du moins pas pour moi. Au contraire, je me suis sentie concernée par la destinée de chacun d'entre-eux.

Il existe trois versions des Infortunes de la vertu qui peuvent chacune être considérée comme une édition à part entière. La version des Infortunes de la vertu de 1787 a été composée au donjon de Vincennes en l'espace de 16 jours. Quand la révolution éclate, Sade retrouve sa liberté mais pour peu de temps, et il entreprend une réécriture du texte. Le romann, publié en 1791, s'intitule alors Justine ou Les Malheurs de la vertu et s'enracine alors dans le genre dit « noir » ou macabre. Parmi toutes ses œuvres, dont une bonne partie furent détruites par la police de Napoléon, la première version de Justine est restée inconnue et inédite jusqu'en 1909, date à laquelle Apollinaire découvre Les Infortunes de la vertu à l'intérieur du manuscrit des Crimes de l'amour.

Bref je conseille à tous ce livre très bien écrit.

Publié dans romans

Commenter cet article